Promo !

Lot des fascicules 1-2-3 de Géniwal : Archives Militaires, Mariage Civil, Vocabulaire NL-FR

30,00 TVAC

Référence : –

Ce lot regroupe les 3 premiers fascicules publiés par Géniwal à savoir
1. Les Archives Militaires en Belgique
2. L’ABC du Mariage Civil au 19ème Siècle
3. Vocabulaire Néerlandais Français en usage dans les recherches d’actes en Belgique

3 fascicules brochés / format 148 x 210 cm
Délai de livraison 10 jours à dater de la réception du payement

6 en stock

Catégorie :

Description

RÉSUMÉ – Archives Militaires

Le service militaire était fondé sur un tirage au sort, hérité à l’indépendance de 1830 des occupations française et hollandaise. Chaque province devait fournir un nombre précis de conscrits, en vertu d’un contingent voté annuellement par le parlement. Le tirage avait lieu chaque année en février et il était possible pour celui qui avait tiré un mauvais numéro de se faire remplacer par un autre jeune homme moyennant paiement, souvent par l’intermédiaire de sociétés spécialisées. En 1909, lors de l’introduction du service militaire personnel, il en coûtait ainsi 1.800 francs (environ 3.000 euros actuels) pour se faire remplacer sous les drapeaux.

L’introduction du service militaire obligatoire en Belgique, en vertu d’une loi signée le 14 décembre 1909 par le roi Léopold 11, trois jours avant sa mort. Cette loi imposait que chaque famille mette à la disposition de la nation un fils. En 1913 Albert 1 •r, son successeur modifia la loi en imposant tous les fils d’une famille.

Cette obligation a vu des millions de miliciens (appelés) servir, sous les drapeaux jusqu’à sa suspension, en mars 1995, lors de la professionnalisation des forces armées. C’est cette loi qui a permis à l’armée belge de compter 250.000 hommes le 4 août 1914, début de la Première Guerre mondiale. A ce moment, la durée du service « personnel » variait entre 15 mois, pour l’infanterie, et 24 mois pour la cavalerie et l’artillerie à cheval.

La durée du service a connu au cours des 86 années suivantes de constantes fluctuations. Souvent liées à la situation internationale. En 1920, après la Première Guerre mondiale. Elle est ainsi rapidement réduite à dix ou à treize mois selon les armes, pour tomber à huit mois en 1928 pour certaines catégories de miliciens. En 1936, à l’approche de la Seconde Guerre mondiale, la période sous les armes remonte à douze, voire même 18 mois pour certaines classes de milice et à 17 mois pour les candidats gradés de réserve. A partir de 1974 les femmes volontaires de carrière font leur apparition au sein de la défense.

Cet ouvrage permettra aux généalogistes de trouver des pistes concernant leurs ancêtres ayant servi sous les armes pendant les principaux conflits aussi bien sur le territoire belge que sur les champs de bataille étrangers.

AUTEUR
Yves Heraly. Il est né en 1948 à Léopoldville (aujourd’hui Kinshasa) en République démocratique du Congo. Il commence en 1990 la généalogie familiale des Heraly, originaires du Brabant wallon. Ancien trésorier du Cercle d’histoire, d’archéologie et de généalogie de Wavre et du Brabant Wallon. Il fonde en 1998 l’association GéniWal (Généalogie Wallonie Informatique) dont il est président.

RÉSUMÉ – Mariage Civil

L’état civil belge est né du code civil voté entre 1801 à 1804 ; (promulgué le 31 mars 1804) et prend le nom de code Napoléon en 1807. Ce code est composé de trois livres : 1° des personnes. 2° des biens et des différentes modifications de la propriété. 3° des différentes manières dont on acquiert la propriété.

Le code reprend un certains nombres de conquêtes de la Révolution française ; égalité entre les citoyens, laïcité de l’état, liberté de conscience, liberté de travail, égalité des enfants, filiation des libertés de tester ; possibilité de divorcer et peu favorables- aux droits des femmes.

Il influença durablement le droit civil belge aux XIXᵉ et XXᵉ siècles. C’est sous le régime français que furent publiés les différents codes judiciaires dont le code civil belge s’est inspiré.

Grâce à cette publication vous pourrez en savoir plus sur le mariage en Belgique.

AUTEUR
Yves Heraly. Il est né en 1948 à Léopoldville (aujourd’hui Kinshasa) en République démocratique du Congo. Il commence en 1990 la généalogie familiale des Heraly, originaires du Brabant wallon. Ancien trésorier du Cercle d’histoire, d’archéologie et de généalogie de Wavre et du Brabant Wallon. Il fonde en 1998 l’association GéniWal (Généalogie Wallonie Informatique) dont il est président.

RÉSUMÉ – Vocabulaire NL-FR

Middelnederlands – MoyenNéerlandais
Nederlands – Néerlandais
Frans – Français

Le moyen néerlandais (Middelnederlands en néerlandais) est un précurseur de la langue néerlandaise moderne. Il est parlé dans les Pays-Bas et dans le nord de la Belgique entre 1150 et 1500. Le moyen néerlandais, qui s’est développé à partir du vieux néerlandais, est éga[1]lement appelé thiois (diets en néerlandais) même si le terme n’est pas linguistiquement approprié

Het Middelnederlands is een voorloper van de moderne Nederlandse taal. Het werd tussen 1200 en 1500 in het huidige Nederlandse taalge[1]bied gesproken. Middelnederlands was de opvolger van het Oudneder[1]lands. Het Noord-Middelnederlands wordt vooral door niet-taalkundi[1]gen ook wel Diets genoemd. Verder behoren ook Vlaams en Brabants in deze talengroep.

AUTEUR
Par Louis Goeman (1996)
Cette publication a été extraite de l’original en dépôt dans la bibliothèque de GéniWal a.s.b.l

Informations complémentaires

Poids 0,5 kg
Dimensions 29,7 × 21,5 × 1,00 cm
Tr »
Shopping cart0
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0
×
×

Panier