Les Archives Militaires en Belgique

12,00 TVAC

Référence : 705008
D/2018/8595/1
36 pages brochées / format 148 x 210 cm
Délai de livraison 10 jours à dater de la réception du payement
Quantité maximum par commande : 6

6 en stock

Catégorie : Étiquette :

Description

RÉSUMÉ

Le service militaire était fondé sur un tirage au sort, hérité à l’indépendance de 1830 des occupations française et hollandaise. Chaque province devait fournir un nombre précis de conscrits, en vertu d’un contingent voté annuellement par le parlement. Le tirage avait lieu chaque année en février et il était possible pour celui qui avait tiré un mauvais numéro de se faire remplacer par un autre jeune homme moyennant paiement, souvent par l’intermédiaire de sociétés spécialisées. En 1909, lors de l’introduction du service militaire personnel, il en coûtait ainsi 1.800 francs (environ 3.000 euros actuels) pour se faire remplacer sous les drapeaux.

L’introduction du service militaire obligatoire en Belgique, en vertu d’une loi signée le 14 décembre 1909 par le roi Léopold 11, trois jours avant sa mort. Cette loi imposait que chaque famille mette à la disposition de la nation un fils. En 1913 Albert 1 •r, son successeur modifia la loi en imposant tous les fils d’une famille.

Cette obligation a vu des millions de miliciens (appelés) servir, sous les drapeaux jusqu’à sa suspension, en mars 1995, lors de la professionnalisation des forces armées. C’est cette loi qui a permis à l’armée belge de compter 250.000 hommes le 4 août 1914, début de la Première Guerre mondiale. A ce moment, la durée du service « personnel » variait entre 15 mois, pour l’infanterie, et 24 mois pour la cavalerie et l’artillerie à cheval.

La durée du service a connu au cours des 86 années suivantes de constantes fluctuations. Souvent liées à la situation internationale. En 1920, après la Première Guerre mondiale. Elle est ainsi rapidement réduite à dix ou à treize mois selon les armes, pour tomber à huit mois en 1928 pour certaines catégories de miliciens. En 1936, à l’approche de la Seconde Guerre mondiale, la période sous les armes remonte à douze, voire même 18 mois pour certaines classes de milice et à 17 mois pour les candidats gradés de réserve. A partir de 1974 les femmes volontaires de carrière font leur apparition au sein de la défense.

Cet ouvrage permettra aux généalogistes de trouver des pistes concernant leurs ancêtres ayant servi sous les armes pendant les principaux conflits aussi bien sur le territoire belge que sur les champs de bataille étrangers.

AUTEURS

Yves Heraly. Il est né en 1948 à Léopoldville (aujourd’hui Kinshasa) en République démocratique du Congo. Il commence en 1990 la généalogie familiale des Heraly, originaires du Brabant wallon. Ancien trésorier du Cercle d’histoire, d’archéologie et de généalogie de Wavre et du Brabant Wallon. Il fonde en 1998 l’association GéniWal (Généalogie Wallonie Informatique) dont il est président.

• Robert Van Hecke. Il est né à Charleroi en 1958, a commencé sa généalogie en 1998. Membre de GéniWal depuis le début, il donne des cours sur les bases de la paléographie aux sections de Namur et du Brabant-Wallon. Il a écrit quelques articles

dans la revue du Mouvement dynastique belge, section Brabant-Wallon, sur les premières médailles belges et les volontaires de la révolution belge de 1830.

Informations complémentaires

Poids0.16 kg
Dimensions29.7 × 21.5 × 0.24 cm
Tr »
Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0
×

Panier